SANTE: BILAN PARTIEL DECHETS TOXIQUES DANS LE DISTRICT D’ABIDJAN

Publié le par Sercom-Croix-Rouge Côte d'Ivoire

La Croix – Rouge Côte d’Ivoire éffectue  plus de 2500 consultations.

 

 

Depuis l’émanation des odeurs toxiques de l’hydrogène  sulfuré( H2S) à travers certains quartiers du district d’Abidjan, la coordination santé de la Croix-Rouge à travers son unité mobile assure une aide d’urgence et des soins de base à des communautés qui continuent de subir les affres des déchets toxiques déversés en divers endroits de la capitale.

 

Quelques jours après l’ouverture de ses centres de consultation pour les  victimes du H2S à travers les communes d’Abobo, de Cocody, de Marcory, de Port Bouet et de Yopougon, les volontaires Croix-Rouge (médecins, assistantes sociales, secouristes…) sont à la tache. Ainsi ce sont plus de  2500 personnes qui ont été consultées par les médecins de la Croix-Rouge. Et c’est la commune de Cocody qui enregistre le plus de personnes avec à elle seule plus de 900 personnes diagnostiquées. Cela s’explique par la proximité de la décharge d’Akouédo où a été déversé une grande quantité de H2S.

 

Un autre lieu où la situation demeure aussi préoccupante, Djibi village, une bourgade située à la périphérie de la commune d’Abobo.  C’est auprès d’une population presque désemparée que la Croix-Rouge est intervenue en apportant des médicaments(antibiotiques, antinflammatoires, antidiarrhéiques, antalgiques, antiacides, et de matériels de premiers secours dont les pansements) et un soutien psychologique.

 

Par ailleurs, une vaste campagne de sensibilisation à travers dix (10) radios communautaires  du district d’Abidjan  et à la radio nationale a été menée afin d’informer les populations sur les précautions à prendre pour réduire  les risques d’intoxication.

 

Selon Dr Nioulé, coordinateur santé de la Croix-Rouge de côte d’ivoire, le dispositif mis en place par la Croix-Rouge demeure jusqu’à la fin de l’enlèvement des déchets qui a débuté en début de semaine et aussi vu l’urgence en certain lieu comme à Djibi village, Cocody, Bingerville, où les populations continuent d’être exposées aux déchets. Il a ajouté que des difficultés d’approvisionnement en médicaments subsistent toujours malgré le soutien du CICR et de la Croix-Rouge espagnole. SM/SDM

 

Source SERCOM : Service  communication Croix-Rouge de Côte d’Ivoire responsable

 

M. Sidibé de Marféré au 225 20 32 13 35/ 225 07 58 14 69 crci_sercom@hotmail.com , croixrouge_ci@yahoo.fr

 

LEGENDE PHOTOS

 

Image 1 : la forte odeur des déchets toxiques oblige cette jeune fille à se boucher

 

                les narines

 

Image 2 : une vue de la pharmacie tenue par les  médecins volontaire

 

                 de la Croix- Rouge de C.I

 

Image 3 : La présidente de la CRCI  Mme Coulibaly au chevet de ce nouveau -né    de  Djibi village menacé d’intoxication 

 

Publié dans nos Actions

Commenter cet article