La Croix-Rouge et le BICE disent non à la violence

Publié le par Coulibaly Zié

Notre voie N° 2415- samedi 17 juin2006             

 

La Croix-rouge de Côte d'Ivoire et le Bureau international catholique de l'enfance (BICE) ont dit “non” jeudi dernier, à la caserne des sapeurs pompiers militaire, à toutes formes de violence faite aux enfants. A la faveur de la journée de l'Enfant africain célébrée hier partout en Afrique, ces deux associations, réunies autour d'une plate-forme de protection et de promotion des droits des enfants de la commune d'Adjamé, ont organisé une cérémonie en l'honneur des enfants. Le thème de la journée de cette année est : Droit à la protection : halte à la violence sur les enfants.
Selon m. Ahidjé Désiré, coordonnateur projet droit humain à la Croix-rouge, en dehors de statistiques fiables, l'ampleur de la violence sur les enfants est réelle. “De façon traditionnelle, l'enfant africain a ses droits qui sont violés partout dans les familles, dans différents milieux. Dans les sociétés africaines, ce phénomène est très grand”, a-t-il soutenu. La violence sur les enfants se définit comme un état où la force extrême et l'agressivité sont exercées sur la personne des enfants dont la vulnérabilité naturelle requiert pourtant protection. Les violences sur les enfants se constatent au sein des familles, dans la rue, à l'école, à la police, selon la Croix-Rouge et le BICE. C'est pour cela qu'en croire M. Sidibé, chargé de communication à la Croix-rouge, l'accent est beaucoup mis sur la sensibilisation et la promotion des droits de l’enfant au sein de la population. Car un enfant violenté peut se retrouver dans la rue et, le cas échéant, en fait son nouveau domicile. La violence sur les enfants peut entraîner l'échec scolaire, le traumatisme physique et psychologique, le handicap physique.
Le gouvernement ivoirien dans son message a invité la population à protéger les enfants. La Croix-rouge et ses partenaires, quant à eux, vont poursuivre leur campagne de promotion des droits des enfants dans plusieurs contrées d'Abidjan et de la Côte d'Ivoire. La journée de l'enfant Africain a été initié pour la première fois par l’Organisation de l’unité africaine en 1991, en souvenir des enfants massacrés le 16 juin 1970 à Soweto, en Afrique du Sud.



Publié dans Info-Presse

Commenter cet article